L’histoire du bijou fantaisie

bijoux anciens

 

Depuis la nuit des temps, les Hommes ont ressenti le besoin de se parer de bijoux. Que ce soit dans un but esthétique ou religieux, les bijoux sont portés par les hommes et les femmes depuis la Préhistoire. En coquillage, en os ou en dent d’animaux, les premiers bijoux ont plusieurs millénaires. Aujourd’hui, les ornements corporels connaissent toujours autant de succès. Les formes, les matériaux, les couleurs ne cessent de se diversifier pour s’adapter à tous les styles. Longtemps objet de luxe et marqueur social, le bijou est aujourd’hui bon marché, pour le plus grand plaisir des consommateurs. Cette évolution s’incarne avec l’apparition du bijou fantaisie. Il s’agit d’un bijou produit de façon industrielle à grande échelle vendu à bas prix. Il a envahi nos boîtes à bijoux et on le porte tous les jours sous toutes ses formes : colliers, bracelets, boucles d’oreille, bagues, … Pour en savoir plus, sur ce bijou du quotidien, je vous propose de découvrir sans plus attendre 5 étapes-clés de l’histoire du bijou fantaisie.

 

Étape-clé n° 1 : L’évolution du bijou de la Préhistoire à la Seconde Guerre mondiale.

 

Revenons un peu en arrière afin de comprendre le développement de la bijouterie moderne.

bijoux préhistoire

 

Les différents types de bijoux à l’ère préhistorique

 

Comme nous l’avons vu, les premiers bijoux datent de l’époque préhistorique. On distingue les bijoux issus de la collecte et ceux inventés et fabriqués par les Hommes. Les bijoux issus de la collecte de coquillages, de bois, d’os, de dents d’animaux ou encore d’ivoire étaient simplement percés afin d’être portés et orner la peau de nos ancêtres. Il s’agit de la première forme de bijoux qui exista sur Terre. Ensuite avec des outils, les Hommes du Néolithique ont fabriqué et inventé des objets plus sophistiqués en travaillant les matériaux issus de la collecte pour les rendre plus esthétiques. Les matières premières sont sculptées, polies, gravées, … C’est ainsi que sont nées les premières perles. Les assemblages de bijoux se complexifient également au fil du temps.

À cette époque, se parer d’objets de plus en plus raffinés a déjà plusieurs fonctions que l’on ne connaît pas avec certitude : agir comme marqueur social ou du statut conjugal, montrer l’appartenance à une communauté ou à une religion, ou être utilisé pour un rite funéraire. Les plus vieux bijoux ont été retrouvés au Maroc et datent de plusieurs milliers d’années avant notre ère, ce sont des coquilles de mollusques perforées.

 

L’évolution des bijoux pendant l’Antiquité

 

bijoux antiquité

La création de bijoux a fortement évolué pendant l’Antiquité notamment avec l’apparition du métal. Sous l’âge du bronze (3000 av. J.-C. – 1200 av. J.-C.), la découverte de l’or permet le développement de nombreuses techniques d’orfèvrerie telles que le filigrane (ornement composé de fils de métal), la granulation (granules d’or déposés à la surface pour décorer) et l’emboutissage (façonnage d’une pièce de métal entre une matrice et un poinçon). Ainsi, les bijoux sont de plus en plus raffinés et de grande qualité. Les savoir-faire et ces nouvelles techniques vont rapidement se propager à partir du bassin méditerranéen. L’or, c’est le métal précieux par excellence. Il est très malléable et ne s’oxyde pas. Les bijoux des Celtes et des civilisations précolombiennes sont particulièrement réputés. La plupart des bijoux de l’Antiquité sont donc en or, en argent, en bronze, en pâte de verre ou en faïence. Les pierres précieuses sont aussi incrustées dans certains bijoux. Les bijoux étaient utilisés pour embellir les corps, mais aussi comme marqueur social. La bijouterie est à présent un art à part entière.

 

Du Moyen-Âge à la Seconde Guerre mondiale

 

bijou moyen âge

Au Moyen-Âge, les bijoux sont directement cousus sur les vêtements. Les pièces sont en émail peint. Les motifs sont religieux jusqu’au 17ème siècle et fantaisistes à l’époque baroque.

Les bijoux sont ornés de scènes peintes, rehaussés à la feuille d’or. L’ensemble est fixé sous verre ou sous des plaques de cristal de roche. Il existe aussi des bijoux reliquaires. Du côté profane, les motifs sont floraux.

Ainsi, femmes et hommes portent des agrafes, qui ont pour fonction de maintenir les bords d’une robe, des colliers et des anneaux pour officialiser les serments ou distinguer les différentes fonctions sociales. Les boucles d’oreilles sont réservées aux femmes. Les bracelets ne sont pas en usage aux Moyen-Âge, car les manches sont longues. C’est aussi la mode des bijoux de tête et des ornements de corsage cousus directement sur le vêtement. Les bijoux représentaient un investissement financier important, car les pierres étaient rares. Les anciens bijoux sont donc réutilisés ou réadaptés par économie afin de créer de nouvelles parures. Ensuite, la mode des bijoux n’évoluera pas beaucoup pendant des siècles. Ils sont réservés à une élite et les usages sont très codifiés.

 

Étape-clé n° 2 : Catégorisation des bijoux à partir de la Seconde Guerre mondiale

 

Aujourd’hui, on distingue 3 grandes familles de bijoux : la joaillerie, la bijouterie artisanale et les bijoux fantaisie.

joyaux

La joaillerie

La joaillerie est un art qui naît à l’époque de Louis XIII sous l’impulsion du Cardinal Mazarin. C’est lui qui fera monter en bijoux les plus beaux diamants du 17siècle. L’art de la joaillerie consiste à fabriquer des objets de parure composés de pierres précieuses et de métaux précieux que l’on appelle des joyaux. Il s’agit de pièces uniques de grande valeur. Les objets finaux prennent la forme de bagues, colliers, couronnes, diadèmes, boucles d’oreilles ou encore trône ou statue. Les bijoutiers-joaillier travaillent les gemmes, c’est-à-dire les pierres précieuses et les pierres fines en travaillant leur éclat, leur couleur et leur forme. Les montures sont en or, argent ou palladium. Les joyaux sont des pièces d’exception d’une beauté saisissante.

bijoux artisanaux

La bijouterie artisanale

Les bijoux de créations artisanales sont réalisés à la main. Il s’agit de pièces uniques ou en séries très limitées. Ils sont créés à partir de matériaux divers : métaux précieux, papier, verre, résine, bois, plastique, tissus, matériaux de récupération, … L’artisan s’attelle à créer un objet d’art à part entière en utilisant un savoir-faire et des techniques particulières. Le bijou de création est un accessoire de mode raffiné qui a une fonction ornementale, mais également sociale. Davantage accessible au grand public, vous trouverez des créations originales sur les marchés artisanaux, les boutiques en ligne ou les réseaux sociaux, mais aussi dans certaines grandes enseignes de bijouterie.

bijoux fantaisies

Le bijou fantaisie

Le bijou fantaisie est, quant à lui, produit en série, de façon industrielle. Il est fabriqué à partir de matériaux divers comme le plastique, le tissu, le métal, les perles, le bois, la résine, le verre… Le coût de production est bas, le temps de fabrication très court et la main-d’œuvre bon marché, ce qui garantit une rentabilité maximale. Pour le consommateur, c’est l’occasion de renouveler régulièrement ses bijoux selon les modes et ses envies. Son faible coût permet d’avoir une grande variété de bijoux et de couleurs différentes. Ce sont des bijoux « jetables » qualifiés à tort de produits de mauvaise qualité. Il existe, en effet, des bijoux fantaisie très chics. Vous trouverez des bagues, colliers, bracelets… pour vous mettre en valeur quelle que soit votre tenue. Les prix sont attractifs, ce qui permet à toutes les femmes de se sentir belles et tendance, quel que soit leur budget.

 

Étape-clé n° 3 : La naissance du bijou fantaisie

 

Les prémices du bijou fantaisie

 

La bijouterie bon marché existe depuis des siècles, notamment avec la création du « faux bijou ». Il s’agit d’un bijou qui a été créé avec l’intention de tromper le public. En effet, le propriétaire est, normalement, au courant de la supercherie. Les artisans réalisent de bonnes imitations de bijoux afin de limiter les frais, par exemple, pour des bijoux qui seront placés sur des robes funéraires ou pour être portés par les enfants. Au 17e siècle, dans les familles fortunées, il est d’usage de faire des copies des plus beaux bijoux en pâte de verre.

À partir du 19e siècle, les industriels inventent les bijoux «plaqué or » pour la classe moyenne qui souhaite aussi posséder de beaux bijoux. Une fine couche d’or est ainsi posée sur une base en métal. Au début 20e siècle, la grande couturière Coco Chanel invente le faux bijou. En effet, elle propose des bijoux en toc qui contiennent des pierres semi-précieuses, du strass et des rubans, mais aussi des fausses perles.

bijou arts et crafts

Arts and Crafts

 

Arts & Crafts est un mouvement artistique qui touche plusieurs domaines : architecture, arts décoratifs peinture et sculpture. Cela signifie « art et artisanat » en français. Le mouvement est né au Royaume-Uni vers 1860. C’est un mouvement précurseur de l’Art Nouveau. William Morris, dessinateur britannique, et John Ruskin, écrivain et peintre britannique sont les leaders du mouvement. Ils s’inspirent de motifs floraux, primitifs et celtiques pour créer d’élégants bijoux en pierre polie. C’est le style médiéval qui est revisité. Entre le bijou d’artisanat et le bijou fantaisie, on peut décrire leurs créations comme des bijoux fantaisie de luxe, bien que les deux fondateurs prônent le travail artisanal par rapport aux productions industrielles. Ce qui est innovant pour l’époque, c’est l’utilisation de nouvelles matières dans l’art de la bijouterie : le verre, l’émail, le cuir, la corne, la nacre, et les pierres semi-précieuses. Tout comme l’Art Nouveau, Arts & Crafts fait l’apologie du travail manuel et artisanal, ce n’est donc pas encore tout à fait la naissance du bijou fantaisie.

 

La révolution industrielle

 

Les bijoux fantaisie naîtront véritablement sous la révolution industrielle au 19e siècle. Lors de cette période, les sociétés vont profondément se transformer. En effet, on passe d’une production artisanale à une production de masse en série. Il est maintenant possible de produire des objets à grande échelle et cela très rapidement. La main-d’œuvre devient moins chère et les coûts à l’achat sont très attractifs. Ainsi, les produits autrefois luxueux sont maintenant accessibles aux communs des mortels. Les bijoux sont fabriqués dans des matières moins nobles telles que le fer, le cuivre ou l’aluminium, mais les bijoux sont plus stylisés. Cependant, l’Art nouveau est en vogue à l’époque, ce qui va freiner la production de bijoux de manière industrielle, car pour eux c’est le travail artisanal qui doit primer. D’un point de vue technique, tout est là pour créer des bijoux accessibles à tous. Il faudra donc attendre quelques événements marquants de l’histoire pour lancer véritablement la production du bijou fantaisie qui ne sont pas encore considérés comme des bijoux à part entière.

 

Étape-clé n° 4 : L’âge d’or du bijou fantaisie

 

Les guerres mondiales

 

Avec la révolution industrielle au 19siècle, la production massive à bas coûts de bijoux est désormais possible. Cependant, son développement est encore timide, car le style en vogue à l’époque l’Art Nouveau valorise le travail artisanal, dénigrant la production industrielle. C’est sans compter sur le déclenchement de deux guerres mondiales au début du 20e siècle. Pour participer à l’effort de guerre, les gouvernements réquisitionnent l’or et son commerce est interdit. Les bijoux se simplifient et les commandes baissent. Les bijoutiers-joaillier n’ont d’autres choix que de se renouveler dans l’industrie de l’armement ou la création de bijoux artisanaux pour subvenir à leurs besoins. Les guerres paralysent l’industrie du bijou. Seulement, quelques types de bijoux sont produits comme les bijoux patriotiques ou les emblèmes des régiments. On utilise des matériaux moins nobles tel que le fer, le cuivre ou l’aluminium. C’est l’essor de nouveaux matériaux et les formes sont de plus en plus stylisées sous l’influence de l’art nouveau. On allie également nouveaux matériaux et anciens pour fabriquer des créations originales. Les faux bijoux ne sont plus des tentatives d’imitation, mais bien de véritables bijoux.

bijoux des trente glorieuses

Les Trente glorieuses

 

Après la guerre, les pays occidentaux connaissent une période de prospérité que l’on appelle les Trente Glorieuses en raison de sa durée. En effet, la période s’étend de 1945 à 1973, année du premier choc pétrolier. Pendant environ 30 ans, ces pays vont connaître une forte croissance économique. Le pouvoir d’achat augmente et c’est l’essor de la consommation de masse. Les bijoux sont donc à nouveau très présents dans le quotidien. Les tenues sont de plus en plus décontractées, les tissus sont plus fluides et légers, les coupes mettent en valeur les formes des femmes. Il faut donc des bijoux tout aussi confortables que les tenues. Fini les pièces de joaillerie, lourde à porter et inadapté à la vie moderne et place au bijou fantaisie frais et facile à porter. Pendant cette période, le bijou fantaisie devient le bijou de tous les jours qui représente la modernité. Il se décline au gré des modes.

 

Les années yéyé

 

C’est pendant, ce que l’on nomme les années yéyé, c’est-à-dire les années 60 et 70, que le bijou fantaisie se démocratise.

Dans les années 60, les usines tournent à plein régime pour produire en série les bijoux qui seront tendances. Les bijoux ne sont plus réparés, on en rachète.

Cette décennie fera la part belle à toutes les créations. En effet, les artistes s’emparent de cet art, notamment lorsque les sculpteurs inventent des bijoux inédits. C’est le cas des artistes comme Alexander Calder et Georges Braque. L’usage des matériaux de la bijouterie traditionnelle évolue de manière révolutionnaire. Par exemple, la créatrice Léa Stein, active entre 1960 et 1980, exploite dans ses créations de nouvelles matières comme le Rhodoïd. Les créateurs de bijoux tels David Watkins, Onno Boekhoudt, Christoph Zellwegger ou encore Tone Vigeland proposent des pièces aux formes très géométriques.

Ainsi le bijou, n’est plus seulement un signe de richesse, mais propose un nouveau rapport au corps.

Les événements de mai 68 en France insuffleront un nouveau souffle au bijou fantaisie. En effet, les mouvements de révolte portés par la jeunesse qui s’insurge contre le capitalisme et la société traditionnelle impacteront le marché du bijou fantaisie. C’est cette jeunesse qui porte ce type de bijou, accessible financièrement aux femmes modernes et indépendantes. Par l’originalité de ses formes, des matières utilisées, des couleurs, le bijou fantaisie de qualité rivalise avec les objets artisanaux, même s’il n’aura jamais autant de valeur. Les femmes sont encouragées à montrer leur personnalité.

Dans les années 70, on remarque la création de nouveaux procédés de fabrication telle que la galvanoplastie, qui consiste à reproduire, ornementer ou embellir une pièce, à partir d’un moule au moyen d’un courant électrique.

bijoux galvanoplastie

Étape-clé n° 5 : La popularisation du bijou fantaisie à partir des années 2000

 

Entrée de la chine dans le système économique mondial

 

L’entrée de la République Populaire de Chine dans le commerce mondial a autant chamboulé le marché du bijou que la révolution industrielle. En effet, après 20 ans de dures négociations, la Chine adhère en 2001, à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui a pour but de s’occuper des règles qui régissent le commerce international entre les pays. Cela a pour conséquence de libéraliser l’économie de la Chine c’est-à-dire de permettre à d’autres acteurs que des entreprises chinoises d’intervenir sur le marché. La Chine devient ainsi un pôle économique de taille mondiale. Les exportations chinoises sont compétitives en raison du faible taux de change du yuan. Concernant l’industrie du bijou, cela a pour conséquence de faire baisser le coût des pierres précieuses et des perles de culture. Ainsi, ces matériaux deviennent très abordables et sont très utilisés pour la fabrication des bijoux fantaisie dans les années 2000.

bijoux fantaisies haut de gamme

L’institutionnalisation du bijou fantaisie 

Aujourd’hui, la frontière entre le bijou artisanal et le bijou fantaisie est de plus en plus mince. En effet, les créations rivalisent d’originalité et d’innovations. Le bijou fantaisie tente de s’institutionnaliser même si cela ne se fait pas sans difficulté. On assiste, par exemple, à la formation de groupes d’artistes et de designers liés par la volonté d’utiliser des matériaux nouveaux et d’intégrer les formes du monde industriel dans leurs créations. C’est le cas du groupe L’UAM (L’Union des Artistes Modernes), fondé en 1929 par Robert Mallet-Stevens, architecte et designer français. Ce regroupement d’artistes s’est fixé pour objectif d’anoblir le bijou fantaisie. Héphaïstos, né en 1982, est également un groupe d’artistes et de bijoutiers français.

On remarque également de timides tentatives pour transmettre les savoir-faire et les techniques liées à la fabrication du bijou fantaisie. Cependant, en dehors de l’instruction du métier d’orfèvre-joaillier, il est difficile d’apprendre les techniques de fabrication, ou l’Histoire de la bijouterie fantaisie qui permettrait à l’apprenti d’avoir des références stylistiques.

L’enseignement reste général sur la bijouterie et non sur les bijoux fantaisie spécifiquement. De plus pour construire, l’histoire du bijou fantaisie se pose la question de la pérennité des pièces, puisque, même s’ils sont de plus en plus et sophistiqué, les créations sont vite obsolètes.

bijoux fantaisies de qualité

Le bijou fantaisie aujourd’hui

 

Quoi qu’il en soit, le bijou fantaisie s’inspire du passé pour créer des bijoux tendance. C’est d’ailleurs ce qui est la mode aujourd’hui. Les créateurs revisitent les styles du passé. Aujourd’hui, les bijoux précieux ont une valeur sentimentale et les bijoux fantaisie ont envahi notre quotidien. C’est l’accessoire qui apporte la touche fashion à une tenue. On les porte toutes au gré des modes et des événements. Aujourd’hui, le bijou fantaisie a toute sa place dans l’histoire du bijou. Il existe d’ailleurs de nombreux salons à travers le monde comme Bijoutex à Munich en Allemagne, ou International Gift Fair à San Francisco aux États-Unis. Le bijou fantaisie ne cesse d’évoluer. En effet, aujourd’hui la frontière entre le bijou artisanal et le bijou fantaisie est de plus en mince. Les bijoux fantaisie sont effet de plus en plus qualitatif et personnalisé. D’ailleurs, c’est très tendance en ce moment, de créer ses propres bijoux. 

bijoux fantaisies de marque

Cet article vous a présenté 5 étapes-clés de l’histoire du bijou fantaisie. La bijouterie n’a cessé d’évoluer de la Préhistoire à la Seconde Guerre mondiale. C’est à partir de ce moment que l’on distingue 3 grandes familles de bijoux : la joaillerie, le bijou artisanal et le bijou fantaisie. Même si l’on remarque les prémices de son apparition au cours des siècles, le bijou fantaisie doit véritablement sa naissance à la révolution industrielle au 19iéme siècle. Les deux guerres mondiales ont ensuite fortement marqué l’industrie du bijou puisque l’or est réquisitionné pour participer à l’effort de guerre. Le bijou fantaisie atteint l’âge d’or sous les Trente Glorieuses. À partir des années 2000, c’est la popularisation du bijou fantaisie avec l’entrée de la République populaire de Chine dans le système économique mondial.

Maintenant que vous savez tout sur le bijou fantaisie, courez en boutique pour vous approvisionner. Vous trouverez sur le marché un grand choix de bijoux fantaisie pour les assortir à tous vos vêtements.

José

2 commentaires sur “L’histoire du bijou fantaisie

  1. Merci pour cet article très intéressant! Étant moi même creatrice bijoux fantaisie, je ne connaissais pas la différence entre la bijouterie artisanal et les bijoux fantaisie, et je pense faire partie de la bijouterie artisanal, même si parfois je flirte avec le bijoux fantaisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.